A G P S Y A noter, Liens utiles, Espace Membre    Menu ☰

AGPSY

RENCONTRES ET DEBATS 2022- 2023

CYCLE DE RENCONTRES

Ces rencontres ont lieu à la Maison des Associations, 6 rue Berthe de Boissieux, Grenoble, le samedi matin de 9h30 à 12h30 (accueil à partir de 9h.)

ATTENTION : Fermeture des portes de la MDA, le samedi matin, à 9h40.

 

***

Cycle : ´La transmission´

Samedi 14 janvier 2023

Alberto KONICHECKIS : « Transmission, séparation, subjectivation »

Argument : La transmission psychique à travers les générations impose des liens particuliers. Ils rendent possible la préservation et la perpétuation de la famille. Les besoins de dépendance infantile contraignent ses membres à les accepter sous la forme de ce qui a été désigné comme des contrats narcissiques (Aulagnier, Kaës). Nous aborderons leur nature ainsi que les processus de différenciation, de séparation et de subjectivation qui se produisent à partir de ce nouage entre le collectif et l’individuel.

 

Samedi 11 mars 2023

Jacques HOCHMANN« Transmettre ce que l’on sait, transmettre ce que l’on est. » 

Argument : 

Avancer à la croisée des mondes théoriques, à celle des époques, amène toujours un dérangement dans l’histoire avant une nouvelle avancée, une nouveauté à construire issue précisément de ces rencontres. Encore faut-il savoir se laisser surprendre et déranger dans ses acquis, se laisser transformer et oser de nouveaux récits, même et peut-être surtout, en psychiatrie. Jacques Hochmann est de ces psychiatres-là. En explorateur du quotidien de la psychiatrie, de ces multiples expéditions, de toutes ses rencontres, il a su tisser de nouvelles manières de penser la folie, tant celle de l’adulte que celle de l’enfant. 

Il tente de rendre compte de cette aventure de vie, tant personnelle que professionnelle, dans son dernier ouvrage paru aux éditions Odile Jacob en avril 2022. À travers une forme autobiographique, Jacques Hochmann nous fait voyager dans l’histoire de la psychiatrie contemporaine des années 1950 à nos jours. Il nous montre toutes les avancées et les espoirs que cette discipline a traversés, et pour lesquels ses travaux y sont pour beaucoup, mais aussi ses profondes désillusions au regard d’une vision actuelle de la maladie où « Le symptôme est [aujourd’hui] considéré comme la simple expression d’un déficit localisé […] et non plus comme une tentative de réorganisation globale d’un appareil psychique en difficulté pour faire face à la vie » (p. 265). Quid dans cette évolution de la notion de subjectivité ?

Nous lui avons proposé de partager avec nous la transmission du récit de cette traversée historique de notre psychiatrie contemporaine. C’est accompagné par la pensée de Freud, de Ricœur et de tant d’autres qu´il a accepté de venir échanger avec nous. 

André Ciavaldini

 

 

Samedi 30 septembre 2023

Georges GAILLARD : «Entre dépossession, emprise et travail d’appropriation : prendre place dans la filiation» 

Argument : La dynamique de la transmission n’est autre que la dynamique de la vie elle-même, dans son infini renouvellement. Le sujet est sujet du lien, sujet dans le lien, et partant dans la génération. Cela suppose un travail d’appropriation, tout à la fois au niveau des individus un par un, et au niveau des sujets dans leurs configurations groupales et institutionnelles. La groupalité (notamment professionnelle) limite potentiellement l’inflation narcissique de chacun, du fait de la contrainte à construire du « commun », et à mettre en œuvre une même « tâche primaire ». Du sujet au groupe tout passage généalogique met, dès lors, aux prises avec des mouvements de dépossession, d’aliénation, d’emprise et d’appropriation subjectivante. Qu’en est-il de ces mouvements dans le contexte de notre hypermodernité ? De quelle manière le sujet contemporain est-il encore à même de nouer son narcissisme à l’altérité, d’aller à la rencontre de ses héritages, de la part de destructivité qui s’y loge, et de s’engager dans un véritable « Travail de culture » ? Comment ces dynamiques se conjuguent-elles au sein des configurations groupales et institutionnelles, et comment peuvent-elles donner lieu à l’émergence d’une référence partagée, d’un « garant transcendant » (N. Zaltzman) ?

 

Samedi 2 décembre 2023

Vassilis KAPSAMBELIS : « Transmettre une certaine idée de l’appareil psychique : difficultés et enjeux »

Argument : Sous prétexte de développement des neurosciences, comme avant de la psychopharmacologie, et encore avant des fonctions supérieures du cerveau (et encore plus avant de la philosophie), l’enseignement pour les professionnels du soin psychique se trouve une nouvelle fois piégé dans un débat qui conteste l’autonomie du psychisme en tant que système ou appareil de l’organisme humain, et la légitimité du champ spécifique de connaissances relatif à ce système. Nous verrons comment cette légitimité est fondée, et le rôle qu’y joue la métapsychologie freudienne.